R&D Agriculture PACA, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > CRIEPPAM - Compte rendu 2018 - Economie d'énergie à la récolte et distillation

CRIEPPAM - Compte rendu 2018 - Economie d'énergie à la récolte et distillation

Flux RSSImprimer la page

Economie d'énergie à la récolte : ESPIEUR

Economie d'énergie à la distillation : POINT D’ARRET

ESPIEUR : Le programme s’attache à réduire les consommations énergétiques au niveau de la récolte et de la distillation des plantes à parfum destinées à la production d’huile essentielle. Ce projet a pour objectif de récolter uniquement la partie florale des lavandes et lavandins, l’huile essentielle se trouvant presque exclusivement dans la fleur. Un prototype a été réalisé par le CRIEPPAM, et des essais de mise au point et d’optimisation du prototype ont été réalisés dans ce programme. L'objectif est de mettre au point une récolteuse permettant de réduire les coûts énergétiques de transport et de distillation. Au-delà de l’aspect énergétique, ce programme se donne comme objectif de réduire l’impact environnemental lié à la récolte et à la distillation des plantes à parfum.

POINT D'ARRÊT : Une détermination plus fine du point d’arrêt de la distillation reste une préoccupation des distillateurs. En effet, la phase d’épuisement de la distillation représente une consommation d’énergie importante. En 2014, le CRIEPPAM a démontré que la pression exercée sous le chapeau de distillation diminue avec l’avancement de la distillation, avec un très bon coefficient de corrélation. Toutefois, cet effet est difficile à utiliser en pratique car les conditions climatiques et de fonctionnement de l’installation font varier les valeurs absolues de façon importante, ce qui rend quasiment impossible un étalonnage des paramètres. D’autres indicateurs sont recherchés pour déterminer un point d’arrêt de distillation, comme l’indice de réfraction, qui a fait l’objet d’une première approche théorique en 2015, et la réalisation d’une série d’essais en 2016. Les résultats ont montré que la variation de l’indice de réfraction varie de manière régulière et pourrait servir de bon indicateur de fin de distillation, néanmoins les difficultés pratiques de correction de température et d’étalonnage ne permettent pas d’envisager une application industrielle immédiate. L’objectif est donc de réduire la consommation énergétique de la phase d’épuisement.