R&D Agriculture PACA, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > Protection des cultures de tomate hors-sol sous serre fermée

Protection des cultures de tomate hors-sol sous serre fermée

Flux RSSImprimer la page

Compte-rendu d'un essai visant à évaluer le gain d’efficacité d'une serre fermée sur la protection et la réduction des traitements phytosanitaires sur l’ensemble d'une culture de tomate.

En Provence, la culture de tomate sous abri subit une forte pression d’aleurodes toute l’année. En effet, les conditions climatiques sont favorables aux cultures maraîchères, mais également aux ravageurs et maladies, qui se développent rapidement, notamment en été du fait des températures élevées. De plus, les cultures sous abris s’échelonnent toute l’année : productions sous abri froid de février à octobre et productions sous serre chauffée (souvent hors sol) avec des plantations d’août à janvier. Ce chevauchement de cultures et la proximité des exploitations occasionnent des transferts de bioagresseurs, notamment d’aleurodes. Ce ravageur très présent dans toutes les cultures maraîchères représente un risque important de dégâts directs et de transmission de viroses. Le risque du virus TYLCV a fortement bouleversé les stratégies de protection des cultures en Provence.

Il s’avère de plus en plus difficile de mener une stratégie efficace contre aleurodes du fait de la forte pression d’aleurodes, mais aussi par la présence endémique de Nesidiocoris tenuis qui devient une limite au fonctionnement de la lutte intégrée.

Aussi, de nouvelles serres équipées de filets insect-proof dès la construction voient le jour. Ces serres dites serres fermées ou semi-fermées ont pour intérêt d’être hermétiques aux ravageurs présents dans l’environnement et autonomes au niveau climatique.