typo3conf/ext/e_magineurs/res/opus/ressources/images/interface/opus.png Flux RSS des actualités2931859fr_FRChambre d'agricultureMon, 09 Dec 2019 22:20:44 +0100Mon, 09 Dec 2019 22:20:44 +0100TYPO3 EXT:newsnews-70748Fri, 22 Nov 2019 13:50:00 +0100Lancement officiel de notre plateforme web le 26 novembre 2019 !https://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/lancement-officiel-de-notre-plateforme-web-le-26-novembre-2019/Une plateforme web pour une agriculture innovante, éco-responsable et durable ! André Bernard, président de le Chambre Régionale d'Agriculture invite au débat, autour d'une table ronde le mardi 26 novembre, en présence des partenaires financiers et techniques du projet.La Chambre Régionale d'Agriculture de Provence Alpes-Côte d'Azur est la première Chambre régionale à proposer un outil web "collaboratif" permettant de divulguer les résultats de la recherche agricole de l'ensemble des centres d'expérimentations de la région. Développée en collaboration avec les stations expérimentales, la création de la plateforme R&D s'inscrit dans le cadre de la démarche IRD (Innovation Recherche Développement) du réseau des Chambres d'Agriculture. 

Elle bénéficie du soutien financier de la région Sud et de l'Europe. 

]]>
news-70841Fri, 22 Nov 2019 11:54:40 +0100Réunion technique en arboriculture https://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/reunion-technique-en-arboriculture/La station expérimentale de la Pugère vous convie le jeudi Au programme 28 novembre 2019 à échanger sur les actualités techniques sur les pommiers et poiriers. Au programme


Pomme – Poire 
Lutte à l’automne contre les pucerons par défoliation précoce : synthèse de 5 années d’essais sur pommier et premiers résultats sur poirier.

Poire 
Le paillage : une alternative au désherbage et au travail du sol. Impact sur la conduite de 2 années d’irrigation.
Visite des essais Mode de Conduite sur les variétés Williams, Qtee®, Harrow Sweet cov (1ère à 3ème feuille) : Axe, Palmette, Drilling, Bi-axe en V et Mikado.

Horaires :  de 8 h 30 à 12 h 

En partenariat avec l’Ardepi et le CETA de Cavaillon


Contact & renseignement 

contact@lapugere.com 
04.90.59.29.00

]]>
Productions végétales
news-70838Fri, 22 Nov 2019 11:38:12 +0100Les journées techniques "arbo bio"https://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/les-journees-techniques-arbo-bio/Du 9 au 11 décembre 2019 à Valence-les Avignon A l’occasion des 40 ans du GRAB, venez échanger sur les derniers résultats de la recherche et définir les besoins pour le futur de l’Arboriculture Biologique !Un panorama des sujets d'actualité en arboriculture biologique

Lundi 9/12 après-midi – Valence / Gotheron :  Visite verger d’essai variétal abricotier
•    Tavelure
•    Enherbement du rang
•    Verger circulaire
•    Monilia
•    Création variétale


Mardi 10/12 – Avignon 84 / Montfavet (salle polyvalente) 
•    Carpocapse
•    PNPP
•    Hoplocampe
•    Forum : saison 2019 dans les régions
•    3 Visites (au choix) : Agroforesterie, Exploitation Bio, Plateforme Biocoop
•    Diversification en verger
•    Patrimoine fruitier
•    Ateliers participatifs : Besoins d’expérimentation, recherche participative, communication


Mercredi 11/12 (Avignon)
•    Drosophila suzukii
•    Xylella fastidiosa
•    Punaise diabolique
•    Campagnol provençal


Vous inscrire en ligne 

 

]]>
Productions végétales
news-68817Wed, 16 Oct 2019 12:43:29 +0200lu dans la presse : paillage et irrigationhttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/lu-dans-la-presse-paillage-et-irrigation/ UNE MÉTHODE ALTERNATIVE EN ÉVALUATION EN VERGER La maîtrise de l’enherbement du rang en verger est un défi qui conduit les arboriculteurs à explorer différents types de méthodes alternatives au désherbage chimique. L’utilisation de paillages plastiques et de bâches tissées est une technique encore peu répandue. La Pugère et l’Ardepi évaluent l’intérêt de la technique et son impact au travers de différents critères.La station d’expérimentation de La Pugère s’intéresse, depuis peu, à l’utilisation des paillages plastiques et autres bâches tissées, afin d’apporter aux professionnels toutes les informations utiles sur leur mise en œuvre, leur coût, mais aussi leur impact sur le développement des arbres, et sur la disponibilité en eau dans le sol. À l’occasion d’une journée organisée à Mallemort, Vincent Lesniak présentait un essai comparatif sur les performances techniques de différents paillages que l’on peut retrouver sur le marché. Mis en place sur un jeune verger de poiriers (2015), il compare :
  • une modalité travail du sol avec un paillage micro perforé plastique ;
  • un paillage tissé ;
  • un paillage tissé bio-compostable ;
  • un paillage en jute ; ainsi qu’un paillage en feutre.


L’idée est d’abord d’observer la durabilité de ces paillages dans le temps”, explique Vincent Lesniak.

Pas de concurrence sur les premières années

Le paillage micro-perforé plastique (80 microns), utilisé en maraîchage, semble le plus limité.  Après deux ans d’utilisation, il a déjà percé, ce qui rend la gestion des herbes très problématique.

Avec un paillage tissé, plus résistant (maille de 130 g/m²), aucune recolonisation des mauvaises herbes n’a été observée. Même constat pour le paillage tissé bio-compostable.

Les paillages en jute et en feutre, plus naturels, présentent l’avantage de se dégrader à la parcelle, mais leur durée de vie est intermédiaire. Leur détérioration est survenue relativement rapidement, avec une recolonisation du rang sur le dessus du paillage, qui n’a cependant pas gêné le développement des plants. Le paillage feutre s’en sort un peu mieux, mais n’ira pas au-delà des trois ans. En revanche, le paillage en jute se fissurait déjà sur le dessus au bout d’un an et demi, malgré une épaisseur de 150 g/m².

“Les arbres ne sont aujourd’hui pas encore entrés en production, mais les mesures de circonférence des troncs sont assez homogènes et, surtout, leurs gains sont supérieurs sur les arbres situés sous paillage, comparativement à ceux placés en sol nu”, commente Vincent Lesniak.

Au final, c’est le paillage tissé, plus compact et résistant, qui supporte le mieux le temps. Il permet de mieux gérer le passage des roues d’un broyeur.
Le grammage et la largeur du rouleau utilisé sont aussi des variables à prendre en compte, comme la technique de pose qui peut grandement faire varier les coûts à l’hectare. Tous ces paramètres doivent encore être synthétisés pour chacun des paillages.


Une meilleure gestion de l’eau

L’autre aspect auquel la station s’intéresse est l’impact du paillage sur la consommation en eau.

Dans un essai parallèle, l’Ardepi a suivi l’efficience d’apport d’eau sur une modalité désherbée, comparativement à une modalité avec paillage plastique et une autre avec un paillage tissé.

Muni d’outils connectés et innovants, Nicolas Savajols, de l’Ardepi, a pu mesurer l’humidité du sol sur chacune de ces modalités. Il a utilisé des sondes capacitives en plaçant un capteur tous les 10 cm, jusqu’à 60 cm, pour observer la réaction du sol aux apports d’eau, par goutte-à-goutte sous paillage, et par irrigation suspendue pour la modalité sol nu. Pour réaliser un pilotage fin sur la parcelle par rapport aux différentes modalités, des boîtiers connectés Solem, fonctionnant avec une interface web, ont aussi été utilisés. Ces outils permettent de piloter à distance, et de déclencher les irrigations après ouverture des électrovannes.


Sur une première année d’essai, quelques résultats significatifs apparaissent déjà. Nous avons enregistré 30 % d’apport d’eau en moins sur les paillages tissés et plastiques, par rapport à la référence désherbage mécanique et chimique. Cela s’explique parce que le sol - beaucoup plus séchant sans le paillage - a nécessité des apports d’eau supplémentaires pour maintenir les humidités à un niveau semblable”, indique le technicien de l’Ardepi.

Les sondes utilisées sur l’essai ne se contentent pas de mesurer uniquement l’humidité du sol : elles mesurent également la température sur chaque capteur et la salinité de la solution de sol, ce qui permet de comparer l’effet température du paillage par rapport au témoin. Sur la première année, aucune différence significative entre les différents paillages n’a été observée.

Mais la température est bien plus élevée sous les paillages, laissant à penser que la minéralisation pourra potentiellement être plus importante sous paillage, stimulant alors davantage la vie du sol.

Sur 2019 et 2020, l’essai va se poursuivre avec les mêmes outils, pour confirmer la réduction des apports en eau sur des cultures paillées, comparativement à des cultures installées sur sol nu. Mais l’on sait déjà que l’utilisation des sondes est une source d’informations précieuses pour un suivi fin du pilotage de l’irrigation. Comme le précise Vincent Lesniak, “pour une meilleure valorisation de l’eau par rapport à la consigne d’apport, l’intérêt est aussi de recouper les données du sol, récupérées grâce aux sondes, avec ce que l’on observe sur l’arbre, via notamment les mesures de flux de sève”. 


Emmanuel Delarue
Légende photo :  Vincent Lesniak, La Pugère, a présenté l’essai sur l’évaluation de la durabilité de différents paillages dans le temps, lors d’une réunion technique organisée sur la station expérimentale début juillet.

Source Agriculteur Provençal. Auteur : Emmanuel DELARUE
 

]]>
Productions végétales
news-64259Thu, 25 Jul 2019 16:35:50 +0200Vient de paraitre : la gestion des nématodes à galle en maraichage sous abrishttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/vient-de-paraitre-la-gestion-des-nematodes-a-galle-en-maraichage-sous-abris/Les nématodes à galles, du genre Meloidogyne spp., sont des ravageurs du sol microscopiques, responsables d’importants dégâts en cultures maraichères sous abri. Ils provoquent des galles sur les racines qui perturbent l’alimentation de la plante et génèrent des affaiblissements puis des dépérissements.Une fiche réalisée par l'APREL, en partenariat avec le GRAB. ]]>news-63618Tue, 16 Jul 2019 09:02:15 +0200Fleurs comestibles : miser sur la faune auxiliairehttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/fleurs-comestibles-miser-sur-la-faune-auxiliaire/Un état des lieux des régulations à l'oeuvre sur les différentes cultures, un préalable à une protection biologique. Une étude menée par le Centre de Recherche et d'Expérimentations Agricoles Méditerranéennes.Depuis plus de 10 ans, le CREAM mène des programmes d'epérimentation sur les fleurs comestibles : étude de leur comportement en condition méditerranéenne, développement d'itinéraire techniques de protection biologique des cultures.

Le CREAM coopère avec les chercheurs italiens sur des projets permettant de dynamiser économiquement le territoire transfrontalier. C'est dans ce contexte que le prgrammeANTEA  (programme de l'UMT FIORIMED) vise à organiser la filière émergente des fleurs comestibles. 

Pour accompagner les producteurs qui souhaitent produire des fleurs comestibles, il est nécessaire de proposer une stratégie de protection des cultures sans utiliser des produits phytophamarceutiques de synthèse. Les méthodes alternatives , dont la lutte biologique, sont indispensables pour réguler les bioagresseurs. Le suivi de la dynamique des populations est une première étape pour orienter le choix des méthodes de biocontrôle. 

Dans cet article, extrait de PHYTOMA, vous retrouverez les régulations étudiées sur : 

  • Mertensia maritima
  • Agastache rugosa
  • Salvia elegans
  • Salvia dirisiana
  • Tagetes lemmonii

 

Contact
CREAM


Article extrait du numéro 725 de : PHYTOMA, la santé des végétaux
La seule publication française de veille scientifique et technique en santé végétale
S'abonner à PHYTOMA  : cliquez ICI

]]>
Productions végétales
news-56519Mon, 28 Jan 2019 08:42:53 +0100S@M, l'outil connecté pour horticulturehttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/sm-loutil-connecte-pour-horticulture-1/S@M, une base de données, d’une interface web, une application mobile - mais surtout des services ! Bruno Paris, animateur de l'Unité Mixte Technologique FioriMed, a présenté l'outil d'aide à la décision, S@M, lors du SIVAL (salon des productions végétales à Angers). S@M est un outil d’aide à la décision multi-cibles développé par l’UMT FioriMed pour accompagner la baisse de l’utilisation de produits phytosanitaires.L'outil S@M est développé au travers de différents projets avec les partenaires de l'UMT FioriMed. La Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes, dans ses missions de conseil et d'expérimentation, contribue au prototypage de l'outil sur des sites expériementaux (CREAM) et chez les producteurs.

Pourquoi utiliser un outil connecté ? 

Sortir des traitements systématiques

  • Adapter ses traitements aux conditions climatiques (connaitre et anticiper les conditions favorables aux différents bioagresseurs)
  • Adapter ses traitements à la pression de bio-agresseurs (anticiper les débordements, fixer ses propres seuils d’intervention adaptés à la menace et à son niveau d’acceptabilité, réaliser des traitements localisés…)
  • Favoriser la faune auxiliaire (indigènes ou introduite) sur ses parcelles (aider à l’identifier, utiliser des PPP compatibles avec la PBI, privilégier l’entomofaune indigène…)

 Gagner du temps pour la prise de décision

  • Connaitre ses historiques parcellaires
  • Visualiser et reconnaitre les agents biologiques à l’œuvre
  • Evaluer les risques (dynamiques de population bioagresseurs et auxiliaires : des alertes
  • Définir ses propres règles de décision

Sécuriser une production de qualité

  • Une tolérance 0 défauts en horticulture florale

En savoir + sur l'outil s@M (application en oléiculture, en production de rosiers fleurs coupées - les réusltats des essais multi sites...)

 

Contact
Bruno Paris
Chambre Agriculture 06 - UMT FioriMed
bparis@remove-this.alpes-maritimes.chambagri.fr

]]>
Productions végétales
news-56364Wed, 23 Jan 2019 15:55:41 +01002.ZERHO : ZERo pesticides et outils télématiques pour les systèmes HOrticoleshttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/2zerho-zero-pesticides-et-outils-telematiques-pour-les-systemes-horticoles/Le CREAM participe, au sein de l'Unité Mixte Technologique FIORIMED, au nouveau projet dephy, Expé 2.ZERHO qui démarre début 2019. 2.ZERHO a l'ambition de réduire de plus de 50 % et tendre vers 100 % de réduction de l'usage des persticides en horticulture, tout en conservant une production économiquement viable. 

 

 

 

 

Les objectifs du projet 

• Poursuivre le développement, en condition de production sous serre, d'outils facilitant la collecte et l'analyse d'information sur l'état sanitaire des cultures. Un pas supplémentaire doit être franchi pour rendre l'outil is@M encore plus opérationnel et accessible vers une application mobile à développer. 
Cette application comprendra de nouveaux modules : conseil phytosanitaire, suivi en phase pratique, suivi pour le BSV

Réduire drastiquement l'usage des produits phytosanitaires chimiques en culture ornementale sur 3 modèles de cultures conduits en protection intégrée et en système de rupture "zéro pesticides" : gerbera  (Alpes-Maritimes au CREAM et chez un producteur), rosier fleurs coupées (ïle de la Réunion) et succession annuelle de plantes en pot (Sud Ouest). 

• Adapter les stratégies de contrôle des populations de bio-agresseurs par une combinaison de méthodes.

• Identifier les freins et facteurs de blocage à la mise en place de culture sans pesticides comme éléments de compréhension des systèmes et des difficultés à l'acceptabilité des propositions techniques des la PIC.

Diffuser les acquis du projet , analyser le rôle du suivi épidémiologique sur des sites pilotes en identifiant des producteurs pionniers et des producteurs innovateurs.


Le projet, carte d'identité

Mots clés : horticulture connectée, protection intégrée des cultures, pesticides,

Durée du projet : 6 ans

Organisme porteur du projet : Inra Institut Sophia Agrobiotech Sophia-Antipolis

Chef de projet : Bruno Paris, (Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes, mis à disposition d'ASTREDHOR) - ingénieur animateur de l'UMT FioriMed

Financeur : APCA (Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture - cellule Ecophyto)

 

]]>
Productions végétales
news-56251Tue, 22 Jan 2019 08:57:45 +0100PPAM : Mycolav : une solution agro-écologique à l’étude face au dépérissement de la lavande en Provencehttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/ppam-mycolav-une-solution-agro-ecologique-a-letude-face-au-deperissement-de-la-lavande-en-prove/Piloté par l’Université Européenne des Saveurs et des Senteurs (UESS), le projet Mycolav rassemble le Centre Régionalisé Interprofessionnel d'Expérimentation en Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales (CRIEPPAM), le Laboratoire d’Ecologie Alpine de Grenoble (LECA) et la start-up sophiapolitaine MYCOPHYTO.

Leur défi commun ?

Trouver des solutions durables pour faire face au dépérissement de la lavande et du lavandin qui sévit en Provence. Parmi les techniques d'ingénierie écologique envisagée, la mycorhization contrôlée est aujourd’hui à l’étude, et pourrait bien être une clé de la solution.

]]>
Productions végétales
news-55472Wed, 02 Jan 2019 16:38:10 +0100Journée portes ouvertes du réseau INOSYShttps://rd.agriculture-paca.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/journee-portes-ouvertes-du-reseau-inosys-1/Optimisation du système montagnard : du label et la maîtrise des coûts de production 

 

 

 

 

 

Au programme

Présentation de l'élevage 
Présentation duy système montagnard
Enjeux technico économiques
Zoom sur le label rouge
 

Modalités pratiques

Date : le jeudi 31 janvier 2019
horaire : de 14h à 16h30
Lieu : GAEC du haut Chamarel


Contacts

Marie Breissand : 06 87 51 12 26
Jean-Pierre Mary : 04 92 30 57 60

]]>
Productions animales