R&D Agriculture PACA, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > LA PUGERE_2018_Essai d’efficacité du phosphonate de potassium dans la lutte contre la tavelure et l’oïdium du pommier

LA PUGERE_2018_Essai d’efficacité du phosphonate de potassium dans la lutte contre la tavelure et l’oïdium du pommier

Flux RSSImprimer la page

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’efficacité du phosphonate de potassium, produit de biocontrôle à action SDP (stimulateur de défense des plantes), seul et associé en préventif pour lutter contre les contaminations primaires de la tavelure du pommier.

La tavelure du pommier Venturia inaequalis fait partie des principaux pathogènes pouvant altérer la production de fruits à pépins en Provence Alpes Côte d’Azur. En effet, suite au retrait de certaines substances homologuées, au nombre limité d’applications par substance et par an, ainsi qu’à la nécessité d’alterner les familles chimiques, la maîtrise de la maladie peut devenir complexe en cas de conditions climatiques favorables à la tavelure. Le champignon pathogène passe l’hiver sous forme d’ascospores contenues dans les périthèces portés par les feuilles mortes au sol. A maturité (fin d’hiver), les ascospores présentes sur les feuilles infestées l’année précédente et restées au sol, sont disséminées par la pluie. La projection d’ascospores s’arrête lorsque les périthèces sont vides (fin des contaminations primaires), tandis que la projection des conidies se poursuit jusqu’à la récolte. L’inoculum secondaire de la tavelure du pommier est constitué par la présence de conidies dispersées par le vent et la pluie. Les méthodes prophylactiques, telles que la réduction de l’inoculum primaire par broyage et la dégradation accélérée des feuilles par épandage d’urée à l’automne et en fin d’hiver, sont moyennement efficaces et d’autres solutions doivent être mises à disposition des agriculteurs. La maîtrise de la tavelure lors des contaminations primaires (mars à juin) est primordiale dans la gestion de la maladie. Elle représente un enjeu majeur dans la réduction des applications fongicides en verger de pommier : une protection efficace pendant cette période permet de s’abstenir de protection au cours de l’été et jusqu’à la récolte en cas d’absence de tache à la fin des contaminations primaires.

 

"Compte-rendu de l'essai ICI"