R&D Agriculture PACA, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > La Tapy - 2019 - Raisin de Table - Essai d’efficacité de désherbage à l’eau chaude - Essai RT.0172.19

La Tapy - 2019 - Raisin de Table - Essai d’efficacité de désherbage à l’eau chaude - Essai RT.0172.19

Flux RSSImprimer la page

L’objectif de cet essai est d’évaluer l’efficacité du désherbage à l’eau chaude sur le développement des adventices sur le rang de plantation de raisin de table. En 2019 cette modalité a été comparée à un témoin non traité.

Le projet Ecophyto II a pour objectif de réduire progressivement l’utilisation, la dépendance, les risques et les impacts des produits phytopharmaceutiques. En arboriculture et raisin de table, une partie de leur utilisation concerne le désherbage chimique du verger. Ce dernier point est en effet un sujet particulièrement sensible en raison de son impact sur l’environnement (qualité de l’eau et des sols) et le développement de résistances que les adventices développent face à certaines matières actives. Depuis de nombreuses années, des méthodes alternatives à l’utilisation de désherbant chimique ont vu le jour. C’est notamment le cas du travail du sol sur le rang de plantation, l’utilisation de paillage, le mulching et bien d’autres. Mais si ces techniques sont utilisées, leur développement reste timide en raison de leur coût et de la difficulté de leur mise en oeuvre. Face à ces constatations et à une forte demande des professionnels, la réflexion globale portant sur le développement de méthodes alternatives se poursuit. Elle a permis d’identifier une nouvelle piste de développement d’un agroéquipement qui permettrait de lutter contre les adventices
en utilisant de l’eau chaude. La mise au point de cet équipement pour le verger et la vigne pourrait apporter une alternative pertinente pour les exploitants agricoles, à condition que la technique soit compatible avec les exigences d’efficacité de la production, qu’elle n’ait pas de conséquences néfastes sur la vie du sol, que son bilan énergétique soit favorable et que son coût soit abordable pour les entreprises agricoles.

 

Compte-rendu ici