R&D Agriculture PACA, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > Suivi d'une pépinière de production de plantes relais

Suivi d'une pépinière de production de plantes relais

Flux RSSImprimer la page

Compte-rendu d'un suivi réalisé dans le cadre d'un accompagnement d'une pépinière pour la production de plantes relais d'éleusine.

Dans le cadre de la protection raisonnée des cultures sous abri, la protection contre les pucerons Aphis gossypii et Myzus persicae peut se faire avec un auxiliaire parasitoïde, Aphidius colemani, que l’on introduit dans les cultures, par l’intermédiaire de plantes relais. Une plante relais est constituée d’une graminée, l’éleusine (ou de l’orge), sur laquelle sont introduits des pucerons des céréales puis des auxiliaires qui parasitent les pucerons. En fin de cycle, le puceron parasité gonfle et prend une couleur dorée (momie). L’adulte d’Aphidius émerge et parasite alors d’autres pucerons. Les plantes relais constituent donc un réservoir d’auxiliaires. Installées très tôt dans les cultures, elles assurent une présence précoce, permanente et en quantité importante de ces parasites de pucerons. Ceux-ci pourront parasiter les pucerons présents sur les plantes dès leur apparition, puis se développer dans la culture. De bons résultats sont obtenus sur melon, courgette et concombre, cultures principalement attaquées par Aphis gossypii et sur poivron, espèce sur laquelle on rencontre aussi fréquemment Myzus persicae.

Depuis 2010, la production de plantes relais est rendue difficile à cause de l’arrêt de la commercialisation du puceron des céréales, Rhopalosiphum padi. En 2013, une nouvelle pépinière a pris le relais de la production de plantes relais. Un suivi a été réalisé pour adapter la production à cette nouvelle pépinière.